Camping 3 étoiles La Fritillaire
PROMOTIONS

Guide de voyage Châteaux Vallée des Rois

français
reserver

Les Monuments

separation

Candes-Saint-Martin à 5 Km

L'Écomusée du Véron à 1.5 Km

L'abbaye de Fontevraud à 7.1 Km

Chateau royal de Chinon à 8.3 Km

Château-Musée de Saumur à 17.2 Km

Château d'Azay-le-Rideau à 25.6 Km

Le Château d'Ussé à 12.7 Km

Château et parc de Langeais à 24.4 Km

Musée Rabelais « La Devinière » à 7.3 Km

Château du Clos Lucé - Parc Leonardo da Vinci à 68.5 Km

Vallée troglodytique des Goupillières à 28.2 Km

Château de l'Islette à 23.6 Km

Musée animé du vin et de la Tonnellerie à 8.4 Km

Musée Maurice Dufresne à 21.3 Km

Points d'intérêt

separation

Chinon à 8.4 Km

Le Puy du Fou à 86.4 Km

Parc zoo de Beauval à 90 Km

Futuroscope à 63.8 Km

Le Cadre Noir à 20 Km

Candes-Saint-Martin

Candes-Saint-Martin, un des plus beaux villages de France
Candes-Saint-Martin est un ancien port de pêche et de batellerie, à la confluence de la Vienne et de la Loire.
Flânez dans ses rues aux façades de tuffeau blanc, découvrez le patimoine fluvial au Comptoir du Confluent, visitez la collégiale, embarquez pour une balade sur une toue cabanée, bateau traditionnel...

L'Écomusée du Véron ou la biodiversité chinonaise

Au cœur du bocage du Véron, sur le site de deux anciennes fermes du XIXème siècle, le site offre à mieux comprendre le territoire du Pays de Chinon.
Expositions, parcours guidé spécial jeune public, ferme conservatoire avec des races anciennes d'animaux... Pour tous les âges !

L'abbaye de Fontevraud

Fondée en 1101 par Robert d'Arbrissel, sur un site de 13 hectares, l'abbaye de Fontevraud devient d'emblée l'un des plus grands ensembles monastiques européens.
Au départ, elle est purement bénédictine, et accueille hommes et femmes – ainsi que les tombeaux de la famille royale des Plantagenêts.
Puis elle passe aux mains d'abbesses issues de la famille des Bourbons, avant de devenir une prison.
Elle a été restaurée depuis, heureusement !

Château royal de Chinon

Château royal de Chinon, une forteresse du IIIème millénaire.
Il fut notamment la résidence du roi de France Charles VII.
C'est ici que Jeanne d'Arc le rencontra en secret en 1429.
Le château témoigne aussi très bien de l'histoire des templiers, dont celle de Jacques de Molay, passionnante et très bien scénographiée par le musée.
Les fans de la légende du Roi Arthur et de Kaamelott profitent jusqu'au 15 novembre d'un parcours mis en scène au sein du parc et parmi les tours : idéal pour une visite ludique en famille !

Château-Musée de Saumur

Pourquoi nous vous le recommandons :

Château-palais des Ducs d’Anjou aux XIVe et XVe siècles, le Château de Saumur, dans lequel a résidé le Roi René, est le dernier exemple des palais princiers érigés par la dynastie des Valois.
Résidence des gouverneurs de la Ville, prison, puis dépôt d’armes et de munitions, il est racheté par la Ville en 1906 pour abriter le musée municipal, aujourd’hui Musée de France.

Château d'Azay-le-Rideau

Pourquoi nous vous le recommandons :

Il est bâti sur une île au milieu de l'Indre sous le patronage de François Ier.
Subtile alliance de traditions françaises et de décors innovants venus d'Italie, il est une icône du nouvel art de bâtir du Val-de-Loire au XVIème siècle.
Son parc paysager, conçu dans la seconde moitié du XIXe siècle, lui offre un véritable écrin naturel.

Le Château d'Ussé

C'est ce château renaissance construit en amont de Chinon entre les XVème et XVIIIème siècles (meublé et habité par son propriétaire, le Duc de Blacas) qui aurait inspiré Charles Perrault pour sa Belle au Bois Dormant.
Ses jardins à la française, élaborés par Le Nôtre sont très bien entretenus.

Château et parc de Langeais

Un mariage historique s'y déroula :
celui de Charles VIII et d'Anne de Bretagne, à l'aube du 6 décembre 1491.
Le donjon de Foulques Nerra est l'un des plus anciens donjons en pierre qui subsistent aujourd'hui.
Une rareté.

Musée Rabelais « La Devinière »

Pourquoi nous vous le recommandons :

Plus qu’une maison d’écrivain, La Devinière est le seul musée consacré à cette figure majeure de la littérature française.
Classé Monument historique, ce musée en constante évolution est composé d’un ensemble de bâtiments remarquables, au fort pouvoir évocateur – logis du 15 ème siècle, pigeonnier-grange, habitat troglodytique, vastes caves, maison du vigneron… – entourés d’un jardin, d’un verger et de vignes.

Château du Clos Lucé - Parc Leonardo da Vinci

Encore un château, oui mais celui-ci, ancienne résidence des rois de France fut surtout la dernière demeure de Léonard de Vinci.
Traversant les Alpes avec son Saint Jean-Baptiste, Sainte Anne la Vierge et surtout sa Joconde, c'est ici qu'il se meurt.
C'est une rencontre avec cet ingénieur de génie qui vous y attend ici.

Vallée troglodytique des Goupillières

Les paysans ont vécu, vous l'apprendrez, à partir du Moyen-Age dans ces fermes troglodytiques.
Ils se sont mis à creuser ces fameux côteaux de tuffeau pour en faire leur cadre de vie et en extraire une jolie pierre calcaire qui sera utilisée pendant des siècles pour bâtir ces belles demeures et des châteaux de la Loire.

Château de l'Islette

On pénètre à l'Islette par un portail daté de 1638, cantonné de deux pavillons carrés.
Le château, long corps de logis rectangulaire à trois étages - et ils sont splendides, vous le verrez -, flanqué de deux imposantes tours dont la construction fut tout à fait achevée en 1530, se trouve sur la rive gauche de l'Indre.
Lieu de création optimal et source d'inspiration, Rodin y travailla à sa pièce maîtresse, « Balzac », dont la statue lui fut commandée par la Société des Gens de Lettres en août 1891.
Le château fut le théâtre de cette passion entre ce couple mythique : Rodin et Camille Claudel.

Musée animé du vin et de la Tonnellerie

Ouvert depuis le 1er juin 1979 à Chinon, ce musée est l'oeuvre de Dédé la Boulange qui a rassemblé des années durant tous les outils présentés.
Il faut absolument combiner la visite par le restaurant de ce faiseur de ce musée, faiseur aussi d'une cuisine régionale entre fouaces et fouées. Le cœur d'abord !

Musée Maurice Dufresne

Au « Moulin de Marnay », près d'Azay-le-Rideau, le musée Maurice Dufresne abrite une étonnante collection de véhicules, machines et objets d'époque, rare patrimoine mécanique des années 1850 aux années 1950.
On pourra découvrir avec joie 3000 inventions extraordinaires.

Chinon

Chinon, pays de Rabelais et du bien vivre, où l'on partage et festoye.
Au cœur du parc naturel régional Loire Anjou Touraine, la cité est reconnue « Ville d'art et d'histoire » depuis 2 000.
Ses rues étroites et tortueuses, ses maisons à pans de bois, ses hôtels particuliers en tuffeau témoignent de son histoire.
Non moins que sa forteresse, perchée en haut du coteau, dominant la ville basse nichée à ses pieds.
De là-haut, en se promenant jusqu'à la chapelle Sainte-Radegonde, le belvédère sur la ville et ses toits d'ardoise, le grand Carroi et le carrefour du puits des bans est exceptionnel.
Habitée depuis l'époque gallo-romaine, Chinon est nichée dans un écrin favorable à son développement au fil des siècles.
Elle a profité des atouts de la Vienne qui la borde ; et de ceux de son coteau calcaire aux pentes abruptes, permettant l'implantation d'une enceinte naturellement fortifiée.
Son heure de gloire ? Le Moyen Âge. En témoignent les personnages historiques qui ont vécu ici ou ont marqué la cité.
Parmi lesquels : au XIIème siècle, Henri II, la reine Aliénor, ou encore Richard Cœur de Lion... Et bien sûr, plus tard, Jeanne d'Arc qui rencontre pour la première fois le dauphin, futur Charles VII, à Chinon en 1429. Son ère de grands changements ? Les XIXème et XXème siècles. Les aménagements publics fleurissent.... Et, en 1958, la première centrale nucléaire française est construite, à quelques kilomètres.
Mais Chinon, c'est aussi un pays, un territoire propice aux balades, à pied, à cheval, en voiture même.
Tout au long de la Basse Vallée de la Vienne, le château de Crissay, les ruines de l'Abbaye de Tranchelion, ou encore l'église romane d'Avon-les-Roches vous attendent...
De part et d'autre de la rivière, comment ne pas vous conseiller aussi les villages de Panzoult et Rivière ! Ni ne pas vous inviter à prendre les routes, direction Candes-Saint-Martin, Huismes, Lerné...
Ces terroirs alentours offrent à découvrir autant d'églises, lavoirs, pigeonniers et ruelles de caractère.
Autant de trésors architecturaux, châteaux, monuments historiques, maisons d'écrivains...
Chinon, c'est bien sûr – et, pour certains, avant tout ! – le breuvage éponyme, l'AOC renommée.
Trois couleurs : rouge pour 85% de la production, rosé 13% et blanc 2%.
Trois cépages : cabernet franc (minimum 90%) et cabernet sauvignon (maximum 10%) pour les vins rouges et rosés ; chenin à 100% pour les blancs.
Le vignoble s'étend sur près de 2 300 hectares, de part et d'autre de la Vienne, au cœur du Val de Loire, classé au Patrimoine mondial de l'Unesco.
Vous ne pourrez manquer de rencontrer les quelques 200 vignerons, 60 négociants et le groupement de producteurs de Chinon.
Sur leur domaine, dans les vignes ou dans leurs caves troglodytes creusées à même le tuffeau, toutes sortes de visites sont élaborées.
Idée originale parmi d'autres : le Château de la Bonnelière vous propose d'adopter un cep de vigne, suivre l'élaboration de votre vin, participer aux travaux du domaine ! Un peu comme si venir à Chinon était s'y lier pour longtemps.

Le Puy du Fou (grand Parc et Cinéscénie)

C'est une folie à laquelle prennent part, chaque année, les habitants d'un petit village vendéen.
Une folie qui s'est transformée en vraie réussite mondialement reconnue, un parc thématique qui, depuis sa création en 1977, a été sacré parc préféré des Français, meilleur parc d'Europe et même meilleur parc du monde.
En 2014, près de 2 millions de visiteurs se sont ainsi rendus dans ce site hors du commun : le Puy du Fou. Vous voici parti pour une vraie plongée dans l'Histoire !
Pas loin de 60 spectacles sont proposés chaque jour d'ouverture aux visiteurs, qui reconstituent les différentes époques et civilisations de l'Histoire, depuis les Vikings jusqu'à la Grande Guerre.
Comédiens, danseurs, cascadeurs et même fauconniers et artisans sont sur scène ou dans des villages reconstitués, autant de décors grandioses et saisissants de réalisme.
À grand renfort de pyrotechnies et d'effets spéciaux, on assiste en direct, à de terribles batailles et des scènes impressionnantes (comme devant le spectacle des Vikings ).
Avec les chevaliers de la table ronde, les soldats de la première guerre mondiale et les musiciens du XVIIIème siècle : quel que soit notre âge, on en prend plein les yeux !
Entre les spectacles, l'exploration de l'Histoire se poursuit à travers la visite de 4 villages qui nous plongent dans des époques différentes.
Le Bourg 1900 nous ramène à la Belle Époque, la Cité Médiévale nous fait découvrir les artisans d'art oubliés, les charmantes maisons de pierres du Village du XVIIIème siècle nous réservent chacune une surprise, enfin, le Fort de l'An Mille, où l'on admire le savoir-faire du forgeron et du taillandier.
Fin de la journée.
La nuit tombe sur l'immense site. C'est le moment de rejoindre sa place pour les spectacles nocturnes. Musique ! Autour des orgues de feu, un spectacle de pyrotechnie sur le vieil étang où une multitude de musiciens costumés jouent leurs partitions romantiques.
Plus impressionnante encore, la Cinéscénie est une grande reconstitution avec 1 200 comédiens sur 23 hectares de scène.
Enfin, un spectacle de son et lumière conclut de manière grandiose votre visite au parc du Puy du Fou.

Parc zoo de Beauval

Connaissez-vous Françoise Delord ? Peut-être pas.
Et les « becs d'argent » ? Pas plus, probablement.
C'est pourtant grâce à cette rencontre qu'aujourd'hui, existe le parc zoo de Beauval, le site le plus connu du Loir-et-Cher.
Dans les années 1970, cette ancienne comédienne gagne un couple d'oiseaux africains, les « becs d'argent » donc.
Elle s'en entiche, achète un autre couple dès le lendemain.
Bientôt, ils sont plus de 300, qu'elle installe sur quelques hectares près de Saint-Aignan.
En juin 1980, naît son parc ornithologique, en 1989 elle acquiert ses premiers félins.
35 ans plus tard, le site recense plus de 5 700 animaux représentant 600 espèces répartis sur 32 hectares ! Si le couple de pandas prêté à grand bruit par la Chine demeure la star du zoo, on tombe vite en pâmoison devant la colonie de 100 manchots de Humboldt, on reste muet devant le lion blanc mais aussi le tigre blanc de Sibérie, qui doivent la couleur de leur pelage à une mutation génétique. Rhino, girafes, panthères et, en nouveauté en 2015, de rares bongos, des antilopes africaines pour mieux sentir la savane.
Avec 450 naissances par an, on sourit, forcément devant l'éléphanteau ou le bébé lamantin.
Beauval, on y passe généralement la journée complète.
Alors, pour manger, pas moins de 9 sites vous tendent leurs assiettes : crêperie ou self, restaurant chinois ou pizza.
Seul regret, il faut sortir du parc pour savourer son propre pique-nique.
Deux spectacles ponctuent la visite : 200 oiseaux - non seulement des rapaces mais aussi des pélicans, des grues, des marabouts… - jouent les filles de l'air dans un ballet impeccablement orchestré.
Et dans l'amphithéâtre aquatique, les otaries rivalisent de facéties sur terre comme sous l'eau, et sur leur nouveau toboggan-plongeoir, pour mieux amuser les visiteurs de leur toute nouvelle chorégraphie.
Vivarium pour frissonner, île aux singes pour philosopher, serre des koalas pour s'attendrir : le parc emballe grands et petits.
Il y a les animations bien sûr, les audio-guides et les carnets ludiques pour les enfants.
Mais s'il est une activité qui remporte tous les suffrages, c'est celle de « soigneur d'un jour » qui permet passer de 2 à 4h (selon l'âge et à partir de 10 ans seulement) au plus près des pensionnaires.
C'est cher, mais on vous garantit les émotions !

Futuroscope

Ce parc pas tout à fait trentenaire – il a été inauguré en 1987 – se targue d'être parmi les plus visités de France.
Son succès, il le doit tant à sa thématique qu'à son évolution depuis son ouverture.
Situé à une dizaine de kilomètres de Poitiers , il propose plus de 25 attractions.
Pour points communs, le multimédia.
Pour trame de fond, des vertus – plus ou moins – scientifiques, en tout cas suffisamment ludiques pour captiver toute la famille.
Cinéma, audiovisuel, robotique : toutes les technologies sont à l'honneur.
Sur une seule journée de vacances, il n'est pas toujours possible de tout découvrir, mais certaines attractions demeurent indétrônables.
Ainsi, la plongée 4D décoiffante avec Arthur et les Minimoys imaginée par Luc Besson ; la chorégraphie des plus énergiques permettant de danser avec les robots sur une programmation musicale du DJ Martin Solveig ou encore la machine à voyager dans le temps pour un hilarant circuit spatio-temporel en compagnie des Lapins Crétins.
Pour garder une part de rêve, même dans cet environnement technique, on emboîte le pas du Petit Prince et du renard en quête de la Rose.
Discret mais pourtant des plus saisissants en son genre, le parcours dans le noir le plus complet, guidé par un animateur aveugle : ou comment essayer de se diriger dans le bayou comme à New-York !
Des différents spectacles on retiendra surtout le tout dernier, les Mystères du Kube qui s'est emparé de la salle Imax.
Il associe avec une belle virtuosité et beaucoup de poésie, performances acrobatiques et art numérique.
Et ce drôle de pavillon chapeauté d'une sphère en dentelle de métal ? C'est aussi une nouveauté 2015.
L'Arena Fun Xperiences convie toute la famille à tester et comparer ses performances à travers 9 activités : défis sportifs mais aussi cérébraux sur 1000 m².
Et Virus Attack ? Et Mission Hubble ? Et I magic ? Et l'Aérobar ? Et les apprentis pompiers… c'est sûr, on risque de devoir revenir demain !

Le Cadre Noir

Visites guidées de cette école de dressage équestre historique, représentations publiques, galas d'exception : le calendrier est toujours ouvert et bien rempli pour découvrir cet endroit fascinant.
On peut y déambuler, accompagné, au travers des écuries, de la sellerie, du Grand Manège, et s'imprégner de l'atmosphère du lieu.
Et assister en coulisses à la vie de l'école, parmi quelques centaines de chevaux triés sur le volet…

Adresse

Rue Basse
Savigny-en-Véron
37420

Téléchargement

CGV
Plan du camping

Reseaux sociaux

NOUS CONTACTER
Adresse
Rue Basse
Savigny-en-Véron
37420

(+33) 02 47 58 03 79 - (+33) 06 81 27 96 72
lafritillaire@orange.fr

Formulaire de Contact
Ce champ est obligatoire.
Ce champ est obligatoire.
Ce champ est obligatoire.
Ce champ est obligatoire.
Ce champ est obligatoire.